LES SUJETS

A qui est l'eau?

A qui est l'eau?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Paco Puche

La vie est née dans l'eau. Et pour cette raison, le pouvoir, en particulier le pouvoir économique, a un intérêt extraordinaire à faire des affaires avec lui.


Cela peut simplement dire des platitudes, mais souvent, les preuves doivent être soulignées car elles ont été ignorées pendant longtemps. El Roto, dans le dessin que nous voyons ci-dessous, nous avertit de l'intérêt du pouvoir à nous maintenir dans l'ignorance.

La vie est née dans l'eau. Lorsque nous mangeons un kilo de bœuf, nous ne voyons pas qu'il a fallu jusqu'à 100 000 litres d'eau pour le produire.

C'est donc un élément vital, lié aux écosystèmes, essentiel, péremptoire et irremplaçable. Et pour cette raison, le pouvoir, en particulier le pouvoir économique, a un intérêt extraordinaire à faire affaire avec lui.

La pluie est un service gratuit fourni par Pachamama (la Terre Mère) et grâce à elle, 110000 kilomètres cubes (km3) d'eau tombent sur le continent de la planète. Parmi ceux-ci, seuls 12 000 km3 sont accessibles et aujourd'hui nous les humains en consommons déjà la moitié, nous en avons pollué 20% et nous allons à un rythme de consommation tel que de 1950 à 2000 nous avons multiplié cette consommation par trois.

Comme il ne pleut pas au goût de tout le monde, tant en Afrique qu'en Asie, la population dépasse le pourcentage d'eau disponible et c'est pourquoi 50 pays sont actuellement confrontés à un stress modéré ou sévère dû au manque d'eau, un événement qui deviendra plus aigu dans le futur en raison de l'augmentation de la consommation et des effets du changement climatique, avec des conséquences profondes sur la santé des écosystèmes, la production alimentaire et le bien-être humain. Et si l'on parle de qualité, il faut noter qu'un milliard de personnes n'ont pas d'eau potable chaque jour, les maladies dérivées de l'eau contaminée sont donc abondantes. Il est particulièrement angoissant que 10000 personnes meurent chaque jour, principalement des garçons et des filles, et que des politiques telles que celles menées, entre autres, par la multinationale Nestlé - la première entreprise alimentaire au monde - pour promouvoir l'alimentation avec du lait en poudre au lieu de le lait maternel est désastreux. Parce que malgré les codes internationaux respectifs des aliments pour bébés de l'OMS, 1984 et 2002, la situation actuelle continue d'être désastreuse, "l'UNICEF a évalué à 4.000 le nombre de bébés qui meurent chaque jour de l'ingestion de lait en poudre mélangé à de l'eau insalubre ou donné dans des biberons sales. S'ils avaient été nourris avec du lait maternel, ils seraient vivants »; qui s'exprime ainsi est le Rapporteur spécial de l'ONU sur le droit à l'alimentation, Jean Ziegler.


Le projet capitaliste dans sa version néolibérale actuelle prône la privatisation de tout, y compris en particulier les ressources de base comme l'eau.

Mais à qui appartient cette eau? La réponse est claire, l'eau n'appartient à personne en particulier. Le chef indien de Seattle l'a déjà dit: «Nous savons ceci: la terre n'appartient pas à l'homme, mais l'homme appartient à la terre. L'homme n'a pas tissé la toile de la vie: il n'en est qu'un fil ». Il appartient donc à la biosphère, à tous les êtres vivants qui l’habitent, à tous les êtres humains, y compris les générations futures.

Par conséquent, en aucun cas, il ne doit être privé ou privatisé. Ce doit être un bien commun, avec un contrôle public et démocratique. Et en tant que nécessité fondamentale pour vivre, il doit avoir la catégorie des droits humains fondamentaux.

En tant que bien commun, il ne peut appartenir à personne, personne ne peut être exclu de son accès, il ne peut pas être utilisé de manière illimitée et nécessite une gestion menée par les citoyens et les utilisateurs.

En tant que droit fondamental, il a priorité sur toute autre considération, y compris économique, en ce qui concerne l'eau en tant qu'aliment sain essentiel.

La situation, cependant due aux efforts de l'Organisation mondiale du commerce et aux ajustements structurels auxquels les pays pauvres ont été soumis lors de la renégociation de leur dette avec les institutions financières internationales, est celle de la privatisation progressive, de la marchandisation et du monopole multinational. Les multinationales sont particulièrement intéressées par deux chapitres: l'eau en bouteille et la gestion privée de l'eau publique. Sur ces deux aspects, la situation est la suivante: quatre transnationales (Coca Cola, Pepsi, Nestlé et Danone) contrôlent 30% de l'eau en bouteille et deux (Suez, Veolia) 70% de la gestion privatisée de l'eau dans le monde.

En Espagne, le tableau suivant éclaire ce que nous disons:


Source: INE, 2007

La conclusion est qu'avec une consommation d'eau du robinet 444 fois supérieure à celle de l'eau en bouteille, le coût final des consommateurs est le même. Et l'eau en bouteille coûte 200 fois plus cher que l'eau du robinet.

Mais en plus, l'eau est privatisée par d'autres moyens, notamment avec la privatisation du domaine public, les aquifères sans protection et privatisation des terres, les concessions abusives et les prises clandestines, l'eau virtuelle et le régime très carnivore: pillage du Sud, et privation des écosystèmes et des générations futures, due à la pollution.

Étant la ressource la plus stratégique de celles qui existent, car en plus de maintenir la vie des écosystèmes et des plantes, elle nous nourrit et entretient l'agriculture irriguée, cet état d'abus, de contamination et de privatisation oligopolistique ne peut être admis.

Pour cette raison, il existe de nombreux mouvements dans le monde qui résistent et se battent pour l'eau comme bien commun, comme droit fondamental et pour la préserver de la pollution et des déchets.

Pour donner un exemple récent, la lutte à Cochabamba (Bolivie) contre les abus inévitables de la multinationale qui avait privatisé l'eau l'a fait quitter le pays et a conduit à l'élévation du mouvement indigène et populaire à des niveaux jamais connus.

Des discours comme ceux de Gorvachev, de la Croix Verte Internationale (et de même, des Sociétés Philanthropiques de type Avina et Ashoka), dans le sens où les entreprises «sont les seules institutions ayant la capacité intellectuelle et économique de résoudre les problèmes. World water problèmes et qu'il est prêt à collaborer avec eux »(Financial Times 17.05.06), ignore deux faits fondamentaux: un fait que plus de 80% des services d'eau aux États-Unis et dans l'UE restent publics, et ils l'ont toujours été, et deux que les communs peuvent être administrés par la société et l'État avec une efficacité égale ou supérieure à celle du privé comme l'a montré Ellinor Ostrom, dans une vie consacrée à ces enquêtes pour ce qui vient d'être décerné le prix Nobel d'économie, étant la première femme à recevez-le dans l'histoire.

Pour toutes ces raisons, le mouvement mondial pour la justice de l'eau se développe, pour cette raison tous les messages néolibéraux ou ambigus doivent être rejetés et pour cette raison, la Via Campesina (mouvement qui compte 300 millions de membres dans le monde) a pour stratégie fondamentale la il lutte contre l'agro-industrie et les multinationales sur le terrain, y compris les sociétés de l'eau.

Peut-être que vous devez juste parler des lieux communs.

Paco puche - Librairie et écologiste - Collaborateur de EL OBSERVADOR / www.revistaelobservador.com


Vidéo: Trudeau annonce des nouvelles mesures pour les voyageurs qui mets en péril leur droits, leur finance (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Leone

    On mine, it not the best variant

  2. Yole

    C'est intéressant. Où puis-je trouver plus d'informations sur ce problème?

  3. Odwolfe

    ME PERMEZ-VOUS AIDER?

  4. Nemo

    D'accord, j'ai aimé !

  5. Mar

    Réponse rapide, attribut de l'esprit :)

  6. Ciceron

    Quels mots ... la phrase phénoménale, admirable

  7. Dinas

    Je m'excuse, mais, à mon avis, vous commettez une erreur. Je suggère d'en discuter. Écrivez-moi dans PM.

  8. Athmore

    Crédit, Senks à l'auteur



Écrire un message