LES SUJETS

Nos champs, qui étaient ...

Nos champs, qui étaient ...


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Alfredo Di Vincensi

Sans bouger de ma terre, je ressens le déracinement car ce n'est pas la terre que je connaissais, c'est seulement l'espace où je suis né et j'aime, la terre est différente, l'environnement est modifié car ils ont modifié les céréales avec des punaises résistantes des choses comme ça. dit un vieux fermier, actuel cartonero du quartier

Les graines sont l'héritage de l'humanité et la résistance des peuples ...

Comment ne pas me sentir mal à l'aise si en contemplant les champs de ma ville je vois un paysage triste inconnu, peu d'espèces que j'étais enfant que je regardais avec étonnement, les récoltes inexistantes des vieux fermiers, seulement des machines géantes dans les champs qui ne sont pas de les colons voisins, des petits avions lançant des poisons pour donner vie à un petit monstre vert qui dévore la terre petit à petit, les fermiers sont partis, les péons des récoltes ont peut-être acheté un billet pour le paradis et d'autres pour l'hôpital, les papillons ne remplissez pas les couleurs des auges des animaux, car aucun animal n'a été laissé, a accepté une grande prison de bœufs que des innocents paient le prix des nouvelles tendances perverses avec un nom en langue étrangère "premier lot", je n'ai pas non plus trouvé les poulets dans l'arrière-cour de la maison de mes grands-parents, décédés en croyant qu'ils avaient laissé à leurs enfants et petits-enfants un avenir meilleur avec 80 ans de dur labeur jusqu'à l'achat de la ferme, tout a changé, je pense ayant fait un voyage sur la lune et revenant après plusieurs décennies, mais le paysage que je ne connais pas est triste et désolé, un lieu gris verdâtre et jaunâtre, avec des odeurs que je ne reconnais pas non plus.


Il me manque une partie de l'histoire, il me manque la projection qu'en tant que jeune homme j'ai fait des champs agricoles et d'élevage de mon Alberti natal, soi-disant la terre la plus grasse que disaient les vieux, la plus haute terre arrosée par la pluie et fertile depuis toujours, où les herbes n'étaient pas des ravageurs, où les crapauds étaient bien considérés dans le jardin, où les lièvres couraient à leur gré à travers les chaumes, les perdrix surpris par leur sifflement quand elles émergeaient soudainement d'entre les sillons, les teros n'annonçaient plus de visites et les poissons ont également bougé, laissant un visiteur suceur qu'ils appellent carpe, j'espère qu'un jour les couleurs des chardons et le vol des boulangers reviendront, comme il serait agréable de voir les tournesols jaunes dans un lot et dans un autre le les laitières attendant avec leurs mamelles pleines pour être traites, les porcs mangent du maïs et les canards libres dans le petit étang, qui doivent avoir été ceux à fourrure qui ont fait leurs grottes pour se reproduire et les lapins angora qui ont donné de la laine et viande, moutons peut-être avec le changement climatique, ils auront pris l'avion pour la Patagonie et les abeilles ouvrières ont déclaré une grève en raison de tant de fumigation empoisonnée qu'elles tuent les fleurs d'où elles extrayaient jour après jour, bien sûr les camomilles ne jaunissent pas le côtés de la je marche car un moustique mécanique passe en déversant de l'agro toxique ... le jardin où dansaient les colibris est devenu une cour sèche pour déposer des bidons et du carburant que le tracteur géant et les machines de semis direct utiliseraient, sur les récoltés, les la charrue est déjà une relique du passé, les rouleaux ne sont pas utilisés et l'ancien atelier du hangar a donné naissance au camion 4 × 4 de l'employeur ...

Comment ne pas comprendre la terre qui hurle, si on la dépouille et la dégrade ... en extrayant tous ses minéraux, potasse, phosphore, etc ... Prenant la possibilité de respirer de l'oxygène pour avoir la possibilité de récupérer après une forte consommation qui a été récolté. Les pâturages ne sont pas vus car les animaux ne paissent plus, et ils sont toujours emprisonnés dans la prison 2 x 2 pour qu'ils puissent grossir plus vite et être vendus à meilleur prix à moindre coût ...

Qu'est-il arrivé aux gelées hivernales, pas plus qu'il n'y a de gelées ... cela me semble un rêve dont il m'est difficile de me réveiller ... sans nous donner du fil à retordre, ce monstre solidaire que même les enfants veulent pour nous tuer est entré.

Dans les écoles rurales, il n'y a pas d'élèves, dans les écoles du village, il y a des élèves pauvres, à qui on donne des boules jaunâtres à manger et à boire un jus qu'ils appellent lait, des potions anti-nutriments, des poisons déguisés en bons ... les mutants viennent , dit un ami, et je ne me suis pas trompé car peu à peu les mutations se donnent.


Pour compléter le tableau, d'autres ont voulu semer des déchets solides urbains (DSM) sur le terrain, en disant que ce serait une source d'emploi, mais ils n'ont pas prévenu que ce serait aussi la fin du champ, la fin du ville et la fin du début des maladies. Je n'ai jamais pensé que dans ma ville je devrais acheter de l'eau pour boire, je n'ai jamais imaginé étant enfant que la pompe à crapaud serait interdite par la loi, c'est presque une histoire d'horreur, mais dans les rues de la ville il y a un vendeur de bidons d'eau potable, les Napas ont été contaminés par magie quelqu'un a dit sans se prendre en charge ... que s'est-il passé? Et il arrive que notre environnement soit déjà une pièce avec un environnement sain ... que nous continuons à réchauffer la terre littéralement et que nous continuons à regarder du côté vert comme le dit un ami écologiste ... "qui est la couleur des dollars "...

Sans bouger de ma terre, je ressens le déracinement car ce n'est pas la terre que je connaissais, c'est seulement l'espace où je suis né et j'aime, la terre est différente, l'environnement est modifié car ils ont modifié les céréales avec des punaises résistantes ou un vieux fermier, actuel cartonero du quartier, a dit ... il n'y a pas de travail ... mais avec ce que le gouvernement donne, il faut se contenter, m'a dit l'ancien chef de champ.

Je souriais quand j'ai vu un panneau qui disait des œufs blancs des champs ... et la vérité est que les œufs proviennent de poules, que maintenant ils les assoient aussi en pondant comme le seul travail de leur vie, oui ... si cela échoue, ils l'envoient au réfrigérateur ... sans oublier que vous voulez obtenir un bon salami, chorizo ​​ou bondiola du dernier carneada, car le dernier était il y a longtemps dans un mois de juin froid lorsque les derniers 300 kg de porcs ont été abattus, les jambons, les bondiolas, la peau de porc étaient finis, le fromage de porc, le boudin noir, les saucisses séchées.

Les dernières bouteilles que j'ai vues de cidre enterré avec de la sauce tomate à l'ail et au basilic avec un soupçon d'huile d'olive sont un souvenir d'enfance, ainsi que la récolte en mars du raisin chinche pour faire un bon vin maison.

Le beurre était le rituel des soirées, la grand-mère tournant la poignée dans un grand bocal jusqu'à ce que tout le sérum soit distribué et que le beurre soit prêt à être étalé au petit-déjeuner suivant, les fromages étaient pressés au ranch pour égoutter puis étalés avec de la graisse pour les conserver, du côté du verger se trouvaient les framboises épineuses qui donnaient leurs fruits pour faire un bon bonbon, ainsi que le grand figuier d'où nous attendions les figues tant attendues qui frapperaient le toit de tôle pour annoncer que ils avaient déjà mûri.

C'est ainsi que les gens vivaient à la campagne, c'est ainsi que la qualité de vie était saine dans la campagne argentine, ça fait mal que ce soit maintenant un grand laboratoire où il n'y a que peu d'alternatives qui ne sont en fait que des ravageurs rentables.

Je ferme les yeux et des larmes de nostalgie tombent, je regrette de ne pas pouvoir donner ces souvenirs à mes enfants et petits-enfants qui ne voient la campagne que comme une grande étendue de terre au loin, et non comme nous l'avons vue ... fournisseur alimentaire c'est un hangar géant aux lumières colorées ... est-ce la nouvelle souveraineté alimentaire?
Pour acheter de la nourriture, avant de devoir ramasser des ordures pour les vendre et avoir de l'argent, il est possible de retravailler la terre avec vos mains pour que nous puissions manger.

Le monde a changé ... et la campagne a été pillée pour nourrir les animaux de l'extérieur et la production s'est arrêtée pour nourrir les êtres humains de l'intérieur dans cette merveilleuse Argentine ...

* Alfredo Di Vincensi - journaliste
Association UNSURCO BY FAMILY
Membre du réseau national d'action écologique RENACE
www.granjaescuela.8k.com
Dons: caisse d'épargne no. 5/200603/216 Citibank


Vidéo: Limpact des réseaux sociaux sur nos cerveaux - C à Vous - 05022021 (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Alano

    Peut-être que c'est faux ?

  2. Kemp

    La réponse incomparable ;)

  3. Mishakar

    ça lui a fait mal ! Ça lui est arrivé !

  4. Vikinos

    Phrase très utile



Écrire un message