LES SUJETS

Les petits caractères des guerres alimentaires

Les petits caractères des guerres alimentaires


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Vandana Shiva *

De l'écologie et de la nouvelle biologie, nous savons que la vie est une complexité organisée par elle-même: elle se construit, elle ne peut pas être fabriquée.

Cela s'applique également à la production alimentaire utilisant la nouvelle science de l'agroécologie, qui nous donne une compréhension scientifique plus approfondie des processus écologiques au niveau du sol, des semences vivantes et des aliments vivants. Les promesses de l'industrie biotechnologique - rendements plus élevés, utilisation réduite de produits chimiques et lutte contre les mauvaises herbes et les ravageurs - n'ont pas été tenues. Le mois dernier, un fonds d'investissement a poursuivi DuPont pour 1 milliard de dollars pour la promotion de cultures résistantes aux herbicides, sachant qu'ils ne parviendraient pas à contrôler les mauvaises herbes et contribueraient plutôt à l'émergence de super-mauvaises herbes.

En créant la propriété des semences par le biais de brevets et de droits de propriété intellectuelle, et en l'appliquant sur la planète par le biais de l'Organisation mondiale du commerce, l'industrie biotechnologique a établi un empire de monopole sur les semences et les aliments. En plus de revendiquer la propriété des semences qu'elle vend et de percevoir des redevances sur les freins et contrepoids de sécurité, l'industrie biotechnologique détruit systématiquement les lois nationales et internationales relatives à la biosécurité, affirmant que ses produits sont tels que la nature les a créés.

C'est la schizophrénie ontologique!

La biosécurité est l'évaluation multidisciplinaire de l'impact du génie génétique sur l'environnement, la santé publique et les conditions socio-économiques. Au niveau international, la biosécurité est le droit international inscrit dans le Protocole de Cartagena sur la biosécurité. J'ai été désigné par un groupe d'experts pour développer le cadre du programme environnemental des Nations Unies, afin de mettre en vigueur l'article 19.3 de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique (CDB).

Monsanto et ses amis ont tenté de refuser aux citoyens le droit à une alimentation saine en s'opposant à l'article 19.3 depuis le Sommet de la Terre à Rio en 1992. Ces jours-ci, ils tentent de démanteler les lois nationales sur la biosécurité en Inde, au Pakistan, dans l'Union européenne et dans toute l'Afrique. et Amérique latine. Aux États-Unis, ils déforment la Constitution en intentant des poursuites contre les gouvernements des États qui ont promulgué des lois pour étiqueter les aliments génétiquement modifiés, alléguant que le droit des citoyens de savoir ce qu'ils consomment est inférieur au droit de l'industrie biotechnologique d'imposer des aliments dangereux aux consommateurs mal informés qu’ils traitent comme la liberté d’expression d’une entreprise, comme s’il s’agissait d’une personne physique. Ils déploient leur machinerie de propagande pour attaquer les chercheurs travaillant dans le domaine de la biosécurité, comme Árpád Pusztai, Ignacio Chapela, Irina Ermakova, Éric Séralini et moi-même avec des arguments non scientifiques.

De nombreux journalistes dépourvus de formation scientifique se sont alignés comme soldats dans cet assaut de propagande. Des hommes blancs privilégiés, comme Mark Lynas, Jon Entine et Michael Specter, sans expérience agricole pratique, armés uniquement de diplômes de licence et liés à des médias contrôlés par un consortium, sont utilisés pour saper les véritables découvertes scientifiques sur l'impact des OGM sur notre santé et écosystèmes. L'industrie biotechnologique utilise ses marionnettes de propagande pour soutenir l'erreur selon laquelle les OGM sont la solution à la faim dans le monde. Ce refus d'un véritable débat scientifique sur la manière dont les systèmes vivants évoluent et s'adaptent est soutenu par un assaut intensif et massif de propagande, y compris le recours à des agences de renseignement comme Blackwater.

En 2010, Forbes m'a nommée l'une des sept femmes les plus puissantes de la planète pour avoir placé les femmes au premier plan et au centre de la résolution du problème de la sécurité alimentaire dans les pays en développement. En 2014, le journaliste Jon Entine a écrit un article d'opinion dans lequel il affirmait que je n'avais pas étudié la physique. En plus d'avoir étudié un diplôme de troisième cycle en physique et mon doctorat sur les fondamentaux de la théorie quantique, j'ai passé 40 ans à étudier l'écologie dans des fermes et des forêts en Inde, où la nature et les sages agriculteurs étaient mes professeurs. C'est la base de mon expérience en agroécologie et sécurité alimentaire.

Une bonne science et des technologies éprouvées n'ont pas besoin de propagande, d'agences de renseignement ou de gouvernements corrompus pour prouver les faits. Si les attaques non fondées d'un non-scientifique contre un scientifique d'un pays en développement sont l'un de leurs instruments pour façonner l'avenir, elles se sont complètement trompées. Ils ne réalisent pas l'indignation croissante du public contre le monopole de Monsanto.


Dans les nations souveraines, où le pouvoir de Monsanto et de ses amis est limité, le peuple et les gouvernements rejettent leur monopole et l'échec de la technologie. Mais la machine de propagande supprime cette nouvelle.

La Russie a complètement interdit les OGM; Le Premier ministre Dmitri Medvedev a mis en garde: si les Américains aiment les produits OGM, mangez-les. Nous n'en avons pas besoin; nous avons suffisamment d'espace et d'opportunités pour produire des aliments biologiques. La Chine a interdit les OGM dans les approvisionnements alimentaires militaires. L'Italie vient de promulguer une loi, Campo libre, qui punit la plantation d'OGM d'une peine de prison d'un à trois ans et d'une amende de 10 000 à 30 000 euros. La ministre italienne de l'Agriculture, Nunzia De Girolamo, a déclaré dans un communiqué: Notre agriculture est basée sur la biodiversité, la qualité, et nous devons continuer à y aspirer sans aventures qui, même d'un point de vue économique, ne nous rendraient pas compétitifs.

Les articles de propagande de Forbes et du New Yorker ne peuvent pas arrêter l'éveil de millions d'agriculteurs et de consommateurs aux véritables dangers des organismes génétiquement modifiés dans notre alimentation, et aux inconvénients et aux défauts du système alimentaire industriel qui détruit la planète et notre santé.

* Directeur exécutif du Fonds Navdanya

Traduction: Jorge Anaya

Conférence http://www.jornada.unam.mx/


Vidéo: Yassa Poisson à la Chez Billo (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Faejas

    Je trouve que tu n'as pas raison. Je suis sûr. Je vous invite à discuter. Écrivez en MP, nous communiquerons.

  2. Mazubar

    Certes, cela aura une idée différente au fait

  3. Phil

    Cet argument est tout simplement incroyable

  4. Adley

    À mon avis, il a tort. Je suis sûr. Essayons de discuter de cela. Écrivez-moi dans PM, parlez.



Écrire un message